Les 24h du Mans

 

Le  week end passé se sont tenus les mythiques 24 heures du Mans. Mais pourquoi cette course est elle si mythique ? Et si on faisait un bond de 93 ans dans la passé pour arriver à l’année de la création des 24 heures du Mans.

Origine:

En 1920, le secrétaire général  l’Automobile Club de l’Ouest Georges Durant, travaille sur la réalisation d’une compétition qui aurait comme but de pousser les proprets techniques au niveau automobile (amélioration des moteurs, réduction de la consommation d’essence,…).

En 1922, le club annonce une épreuve d’endurance dans la Sarthe, où des équipes de deux pilotes devront se relayer jour et nuit.

Histoire:

C’est en 1923, plus précisément les 26 et 27 mai que se sont déroulé les premières 24 heures. Avec pas de moins de 33 équipes au départ, c’est finalement après 24 heures et 128 tours bouclés que René Léonard et André Lagache s’imposent sur une Chenard & Walcker.  De nos jours, cette course se passe en juin.

Je ne vais bien évidemment pas vous citez tous les vainqueurs des 24 heures (pour les plus curieux, le palmarès est consultable ici) mais quelques noms de pilotes qui ont marqué l’histoire du sport automobile. Je veux bien entendu parler de notre Jacky Ickx national qui en plus d’avoir été vice champion du monde de Formule 1 en 1969 et 1970 a également remporté les 24 heures pas moins de six fois. Je pourrais également citer le célèbre Henri Pescarolo qui a lui aussi fait de la F1 avec Jacky Ickx et qui lui, les a remporté quatre fois. Sans oublier  qu’il y en a d’autre comme Paul Frère qui a donné son nom à un virage de Spa-Francorchamps ou Tom Kristensen qui est le pilote qui a remporté le plus de fois cette course, neuf fois si l’on veut être précis. Ce record lui a valu son surnom de Monsieur Le Mans.

Tant que nous sommes dans les records, c’est la marque allemande Porsche qui a eut le plus de succès sur le circuit de la Sarthe. Avec 18 titres, elle dépasse Audi (13 fois) et Ferrari (9 fois).

C’est la Porsche 917K de Hans Herrmann et Richard Attwood qui remporte pour la première fois les 24 heures en 1970, se sont ensuite succédé les Porsche 936 et Porsche 956 de Jacky Ickx  (1976-1982) ou encore la mythique Porsche 911 GT1-98 (1998) de Laurent Aïello. Porsche est toujours bien là. Car malgré qu’il n’ai pas gagné pendant 16 ans, Porsche revient en gagnant l’édition 2015 et 2016, même si celle-ci  a été remportée sur le file du rasoir, car c’est suite a un problème d’hybridation de la Toyota (Toyota qui n’a jamais gagné cette épreuve) que la Porsche 919 Hybrid de Romain DumasNeel Jani et Marc Lieb a pu gagner.

Malheureusement, bien que cette course nous ai aidé à renforcer la sécurité des pilotes, mais aussi celle des spectateurs et des commissaires, nous avons eu droit à nos lots de malheurs. Je veux bien sûr parler des accidents qui se sont passés et qui nous ont enlevé de très bons pilotes. L’accident le plus tragique, c’est passé lors de l’édition de 1955, lorsque la Mercedes de Pierre Levegh percuta l’Austin Healey de Lance Macklin qui entreprenait une manœuvre d’évitement de la Jaguar de Mike Hawthorn qui rentrait dans les stands (Schéma et Vidéo). Ce jour là, 82 spectateurs plus le pilote perdurent la vie suite a l’envol de la Mercedes dans la foule. Cet accident aura des répercussions cette année là et les années après car nous vîmes une nouvelle réglementation apparaître. Ensuite en 1986, c’est l’autrichien Jo Gartner qui se tue au volant de sa  Porsche 962C. Après en 1997, c’est au tour de Sébastien Enjolras de se tuer pendant les essais préliminaires à la suite de l’envol de sa WR qui retomba sur le rail de sécurité. L’édition de 1999 est une édition noir pour Mercedes-Benz et Mark Webber. En effet, les CLR Mercedes-Benz de 1999 souffraient d’une instabilité aérodynamique qui provoqua l’envol de celles-ci. Lors des qualifications, la CLR numéro 4 de Mark Webber s’envola avant de s’immobiliser le long des rails. Quelques heures avant la course, lors du « Warm up », la même voiture toujours pilotée par Mark Webber fut de nouveau retrouvé sur le toit puis se fut le tour de la numéro 5 mais pendant la course, alors que Mercedes avait déclaré avoir résolu le problème. Suite a cela, Mercedes arrêta son programme de développement de prototype. Plus récemment, en 2013, c’est  Allan Simonsen qui est décédé seulement 10 minutes après le coup d’envoi de l’épreuve, suite à la perte de contrôle de son Aston Martin dans le virage du Tertre Rouge. Le pilote mourut dans l’hélicoptère le menant à l’hôpital.

Tout au long de l’histoire du Mans, différents types de départ fut donné. le premier type, le départ arrté comme en F1 fut donné jusqu’en 1924. Ensuite ce fut le tour de celui en épi, dit aussi « Le Mans » avec les pilotes hors de la voiture, le principe était simple. Les voitures étaient disposées dans l’ordre de leur chrono des qualifications, les pilotes étaient en face et lorsque le signal était donné ils devaient courir jusqu’à leur voiture, s’attacher, la démarrer et partir. Ce type de départ fut donné ainsi jusqu’en 1969 mais l’on peut toujours le retrouver dans certaines courses comme les 6h moto ou encore Le Mans Classic. En 1970 le départ était le même à la différence près que les pilotes étaient dans les voitures cette fois. Et depuis 1971, nous avons droit au départ lancé.

Voitures:

Mais ce qui fait des 24 heures une course, c’est bien entendu les voitures. Tout au long de son histoire, différents type de voitures se sont succèdés. Mais ici je parlerai de celle qui concours actuellement. Depuis 2012, les 24 heures du Mans font partie du championnat d’endurence le WEC. Suite à cela, il y a deux types de véhicule réparti en plusieurs cathégories.

1. Les Prototypes: Dans le championnat WEC, il y a deux catégories de proto.

-Les LMP1 (Le Mans Prototype 1) Ce sont les plus rapides. Ils doivent faire unPorsche-919-Hybrid-LMP1-02 poids minimum de 875Kg, elles peuvent être motoriser par un moteur hybride soit essence comme la Porsche 919 soit par un moteur diesel comme l’Audi R18 E-Tron. (Plus d’informations sur les spécifications et la règlementation ici)

-Les LMP2 (Le Mans Prototype 2) Celle-ci doivent faire un poids minimum de 900Kg et disposent d’un moteur atmosphérique. (Plus d’informations sur les spécifications et la règlementation ici)Morgan_Nissan_LMP2

2.Les GTE (Grand Tourisme Endurence): IL n’y a qu’une seul catégorie de GTE au Mans, mais les équipes peuvent être:

-Pro (Professionnel) La composition de l’équipe est libre, tous les pilotes peuvent être professionnel.

-AM (Amateur) Une équipe de 2 ou 3 pilotes doivent au moins contenir un pilote bronze plus, un pilote bronze ou un pilote silver LMP1 (mais je reviendrai sur les classes des pilotes dans un autre article) en résumé, un team AM doit au moins comporter un pilote non professionnel.

Bien qu’il puisse y avoir des teams Pro ou des teams AM, toutes deux ont des voitures avec des caractéristiques semblables. Le poids minimum est de 1 245 kg, la cylindrée du moteur est limitée à 5,5 L pour les moteurs atmosphérique et 4.0 L pour les turbos ou moteurs suralimentés. Les véhicules doivent également être disponible a la vente pour tous le monde.(plus d’informations ici)vantage-gte---sebring

J’espère que cet article vous aura plus, si vous avez des questions, n’hésité pas à les poser dans les commentaires.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s